Programme

L’objectif du projet consiste à analyser trois fondements interconnectés de l’initiative « Capitale européenne de la culture » (sentiment d’appartenance, inclusion sociale et développement urbain) comme moteurs de l’intégration et de la cohésion communautaire dans les espaces transfrontaliers de l’Union européenne. Le projet CECCUT souhaite susciter et encourage des interactions entre chercheurs, acteurs publics et représentants de la société civile concernés par ces thématiques. Pour ce faire, une série d’activités complémentaires - mobilisant les langues française et anglaise - se dérouleront en parallèle.

Activité 1

Un enseignement sous la forme de séminaires académiques (enseignants-chercheurs et étudiants) répartis sur les trois années du projet sur les thèmes suivants :

  • Année 1 : sentiment d’appartenance
  • Année 2 : inclusion sociale
  • Année 3 : développement urbain dans un contexte transfrontalier (quand une ville frontalière porte un projet de Capitale européenne de la culture)
    • Ces séminaires ont une dimension internationale grâce à la mobilisation de chercheurs à l’échelle internationale et à la thématique abordée, c’est-à-dire la dimension transfrontalière des politiques culturelles au cœur des présentations.

      Par ailleurs, une comparaison entre Capitales européennes de la culture et d’autres Capitales culturelles dans le monde est mise en avant dans ces séminaires pour montrer les spécificités européennes en la matière. Au total, 36 interventions sont planifiées sur la durée du projet selon une base de deux interventions de chercheurs et d’une intervention d’étudiant par an et au sein de chaque institution partenaire.

      Ces séminaires mobilisent les données collectées via la recherche envisagée (Activité 3). Ils alimentent également les produits définis (Activité 2) ainsi que les événements ouverts aux acteurs publics et à la société civile (Activité 4).

Activité 2

Des produits à l’attention des villes portant un projet culturel transfrontalier

Outre le site internet dédié au projet et qui constitue un Observatoire des Capitales européennes de culture en situation frontalière, deux autres produits sont réalisés.

  • Le premier est un guide de bonnes pratiques à l’attention des villes souhaitant porter un projet de Capitale européenne de la culture à dimension transfrontalière ou à l’attention des villes ayant déjà développé un projet de Capitale européenne de la culture et souhaitant relancer des politiques culturelles d’envergure et à dimension européenne à l’instar des villes de Lille en France et de Mons en Belgique.
  • Le second est un guide d’évaluation comprenant une série d’indicateurs et permettant de cerner en quoi l’initiative Capitale européenne de la culture et les politiques culturelles qui en découlent, peuvent être un vecteur d’intégration et de cohésion communautaire à l’échelle des régions urbaines transfrontalières sur le court et moyen terme.
  • Ces produits sont planifiés en trois phases : organisation des contenus (Année 1), collectes d’information (Années 2 et 3), écriture et édition (Année 3). Le site internet comprenant l’observatoire en ligne et les deux guides s’appuient sur les données collectées via l’enseignement (Activité 1), la recherche (Activité 3) et les événements tenus (Activité 4). Les produits sont réalisés en français et en anglais. Une édition papier en 100 exemplaires est prévue pour chacun des deux guides. La version digitale des guides sera disponible sur le site internet consacré au projet. La diffusion papier et digitale ciblera les acteurs de la culture et de la collaboration transfrontalière en Europe et à l’échelle mondiale.

Activité 3

Une recherche concernant le rôle des frontières internes et externes de l’Union européenne en matière de sentiment d’appartenance, d’inclusion sociale et de développement urbain à l’échelle transfrontalière quand une ville frontalière porte un projet de Capitale européenne de la culture ou poursuit des politiques culturelles d’envergure après avoir été Capitale européenne de la culture.

Cette recherche inclue des chercheurs et des étudiants. Une approche comparative entre les Capitales européennes de la culture et des capitales culturelles situés dans des contextes transfrontaliers non européens constitue un aspect de la recherche pour cerner notamment la plus-value potentielle des initiatives menées en Europe et diffuser cette spécificité européenne à l’attention de la sphère académique internationale.

L’activité de recherche court sur les trois années du projet et s’appuie sur trois sources d’information liées aux autres activités :

  1. les transferts croisés de contenus entre chercheurs partenaires du réseau et chercheurs associés au cours des différentes activités du réseau (Activités 1 et 4)
  2. un travail de terrain réalisé dans des Capitales européennes de la culture avec le concours d’étudiants en stage
  3. des collectes d’informations réalisées à travers les relations développées avec les acteurs publics et de la société civile dans la définition des produits (Activité 3) et les différents événements programmés (Activité 4)

Cette recherche donne lieu à deux produits : des actes de la recherche appliquée et réalisée par les étudiants sous le contrôle des enseignants-chercheurs (qui seront téléchargeables sur le site internet) et des articles académiques publiés dans des revues internationales (en privilégiant le libre accès). Cinq articles sont envisagés au cours des trois années. Ces contenus seront mis en avant sur le site internet consacré au projet.

Activité 4

Cinq événements à l’attention des chercheurs, des acteurs publics en charge des politiques culturelles et des représentants de la société civile en lien avec la culture

Suite à une conférence de lancement (Année 1) permettant de présenter les objectifs du réseau et de signaler les enjeux des projets de Capitale européenne de la culture à dimension transfrontalière, trois ateliers de travail sont planifiés sur la base d’un par année sur les thèmes suivants :

  • Sentiment d’appartenance (Année 1)
  • Inclusion Sociale (Année 2)
  • Développement Urbain (Année 3)

Enfin, une conférence finale est organisée (Année 3). Les enseignants-chercheurs et les étudiants intervenant dans les enseignements (Activité 1) ainsi que les recherches conduites (Activité 3) sont mobilisés dans ces rencontres. La conférence finale est l’occasion de présenter les produits réalisés (Activité 2). La communication de ces différents événements (bénéficiant d’un interprétariat français-anglais-autre langue du pays d’accueil) se fait via le site internet dédié (Activité 2) et via l’envoi d’information relative à un listing comprenant des acteurs de la culture et de la collaboration transfrontalière en Europe et à l’échelle mondiale.

Ces événements sont filmés et disponibles sur le site internet des partenaires pour assurer une dissémination optimale des interventions. Ces rencontres se tiennent dans les villes d’Esch-sur-Alzette, Lille, Mons et Timisoara.

Parallèlement à ces cinq événements, les enseignants-chercheurs se rendent à une série de conférences internationales consacrées aux questions culturelles, urbaines et transfrontalières afin de disséminer les travaux conduits dans le cadre du réseau CECCUT sur une base de cinq conférences par partenaire.